Appréhender la migration : génération, temps, espace

Par Pascal Sebille, Maitre de Conférences, Directeur adjoint du Département de Sociologie, Centre de Recherche Populations et Sociétés (CERPOS 2324), Université Paris Ouest (Nanterre, la Défense) – Paris, FRANCE. 

 

Si la migration peut être étudiée sous l’angle de plusieurs disciplines, la géographie, la sociologie, l’anthropologie ou la démographie, elle n’en demeure pas moins la manifestation de comportements collectifs ou individuels s’inscrivant dans deux dimensions : l’espace et le temps. Que la migration soit étudiée sous le prisme des flux de déplacements géographiques, de comportements collectifs inscrits dans des logiques de réseaux familiaux ou sociaux, ou qu’elle soit appréhendée comme la manifestation de comportements individuels, les mouvements migratoires s’inscrivent dans des contextes historiques, sociaux, économiques et politiques. C’est dans la définition de ces contextes au sein desquels les migrations vont se réaliser mais aussi dans la caractérisation des populations qui y sont à l’initiative que les dimensions spatiales et temporelles sont déterminantes.

Les dimensions spatiale et temporelle

En premier lieu, la dimension spatiale est au cœur de la définition des lieux de réalisation de la migration et de ces flux attenants : lieux de départ, lieux d’arrivée. Elle permet ainsi d’observer la nature et la diversité des formes de migration. Mais, cette dimension spatiale est aussi indispensable à la définition même de la population étudiée : quelle population appartenant à quel espace géographique délimité ? Espace national, régional ou local ?

En second lieu, la dimension temporelle permet d’appréhender la migration au sein des contextes sociaux, économiques et politiques mais aussi au sein de la population. Trois aspects du temps peuvent alors être considérés :

−  Le temps historique : il situe les événements, phénomènes et comportements collectifs et individuels dans les contextes sociaux, économiques et politiques. Il offre un cadre socio-historique à l’analyse de la migration. L’étude de la migration ne peut alors se dissocier des contextes historiques dans lesquels les mouvements migratoires s’inscrivent. La nature de ces mouvements et le sens qu’ils revêtent peuvent alors différer en fonction de ces contextes. La réalisation de ces migrations dans des temps historiques différents peut alors en révéler des formes sociales diversifiées.

−  Le temps individuel : il est marqué par l’âge des personnes qui vivent les

événements et comportements étudiés. Il représente l’unité de temps individuel au travers de laquelle, la migration est aussi vécue. Elle est appréhendée différemment en fonction de l’âge des individus, pouvant se réaliser à des âges spécifiques ou à des moments particuliers du cycle de vie. On voit alors que la nature de la migration et les facteurs qui l’encouragent répondent à des instants précis de l’histoire de vie des individus.

Le temps individuel donne alors sens à la migration au moment de sa réalisation, mais il la place aussi dans une logique temporelle propre à chaque individu : son histoire de vie. La migration devient alors l’une des composantes de l’histoire de vie et sa réalisation s’inscrit dans une expérience acquise au fil du temps. Les trajectoires résidentielles, professionnelles et/ou familiales, en interaction, constituent alors un cadre contextuel à la réalisation des migrations.

− Le temps des générations : il correspond à l’échelle de temps identifiée par les années de naissances des individus qui composent les groupes étudiés. Ainsi, on peut observer des modèles migratoires ou des flux de migrations correspondant à des groupes de générations spécifiques. L’aspect générationnel du temps identifié ici croise les deux premières dimensions développées auparavant ; celle du temps historique, période qui caractérise par des années de naissance les générations, celle du temps individuel qui renvoie directement aux histoires de vie et aux âges des membres de ces mêmes générations.

Quelle(s) génération(s) ?

La notion de génération peut s’avérer extrêmement pertinente pour l’analyse de la ou des migrations. Il convient cependant d’en préciser les termes. En sciences sociales, cette notion recouvre en effet de multiples définitions. Pour la démographie, la notion de génération définie l’ensemble des individus nés une même année civile. Les membres d’une génération se définissent alors par leur appartenance à une même année de naissance. En Ethnologie, la notion de génération se réfère à la relation de filiation. Que cette relation s’exprime au sein de la parentèle ou entre groupes différents, les membres d’une même génération appartiennent à un même degré de filiation dans les échanges avec une autre personne ou un autre groupe.

L’histoire et la sociologie ont sans aucun doute apporté depuis la fin du XIXe siècle un ensemble de réflexions essentielles à la définition de la notion de génération. Depuis Auguste Comte et l’approche positiviste, le concept de génération s’est construit autour d’une analyse historique de l’évolution des sociétés, la succession et le renouvellement des générations étant au cœur de l’appréhension des changements historiques. Si la dimension du temps historique est demeurée prégnante, l’appartenance à un même groupe partageant des expériences communes s’est imposée (Whilhem Dilthey). Mais c’est avec Karl Mannheim au début du XXe siècle que la sociologie s’est emparée de la notion de génération et qu’on entrevoit les interactions entre le temps, les contextes historiques, la société et les individus qui la composent. Pour Karl Mannheim, la génération est à la fois produit et acteur de la dynamique historique à laquelle les individus participent. Les contextes et événements historiques créent des liens communs et des expériences propres aux individus d’un même groupe. Si la notion de génération

s’est peu à peu attachée à celle de classe d’âges, c’est avant tout parce que espaces, contextes socio-historiques et appartenance à une même classe d’âge ont été trop étroitement liés. La notion de génération s’appuie finalement avant tout sur le partage d’expériences communes où les membres d’un groupe sont exposés aux mêmes données objectives et participent selon leur âge et leur histoire individuelle à des pratiques sociales et culturelles propres, contrastant avec d’autres groupes (Louis Chauvel, Claudine Attias- Donfut).

Générations, histoires de vie et migration

On voit au travers de l’évolution de la réflexion sur la notion de génération, qu’histoires collectives et personnelles, que temps historique et individuel, précisent le champ de l’analyse des phénomènes et comportements sociaux. L’étude de la migration s’inscrit pleinement dans une telle approche. Si elle prend corps dans l’espace géographique au travers de pratiques individuelles et collectives inscrites dans le temps, on peut en approcher son intensité et sa nature au travers des comportements de générations.

Les contextes de réalisation de la migration, les spécificités des lieux de départ et d’arrivée et les politiques migratoires parfois conjoncturelles sont autant de composantes du temps historique. L’histoire de vie, les cycles et âges par lesquels les individus passent sont, quant à eux, les signes du temps individuel au sein duquel la migration, sa nature et sa représentation, s’inscrit. Ainsi les contextes macro ou meso, les moments de l’histoire de vie des individus, l’âge auquel la migration survient ou ne survient pas, constituent un ensemble de facteurs définissant l’intensité et la nature des migrations. C’est dans cette inscription multiforme du temps qu’on peut tenter d’identifier des comportements migratoires propres à des générations. Certaines des générations se définiront aussi bien par une appartenance à une temporalité historique (celle d’années de naissance communes), que par la réalisation de comportements migratoires communs à des mêmes âges de la vie ou à des moments identiques de leur histoire de vie.

Générations, migration et configurations socio-spatiales

Si les générations s’inscrivent dans le temps, elles s’inscrivent aussi dans l’espace. L’expérience commune aux membres d’une même génération participe alors à la définition des comportements collectifs de ces générations mais aussi aux espaces sociaux, historiques et aux lieux de réalisation de ces comportements.

L’interaction entre d’une part ces générations, leurs expériences et leurs comportements inscrits dans les temps individuel et historique, et d’autre part, les espaces géographiques et les contextes qu’ils recouvrent, montre la complexité des relations entre les configurations socio-spatiales et les dynamiques sociodémographiques dont la migration fait partie. Si ces configurations socio-spatiales déterminent les conditions de réalisation des pratiques qui participent des expériences collectives des membres de générations différentes, les générations et membres de ces groupes participent en retour, par ces mêmes expériences, à construire ces espaces et contextes. Ainsi, la migration peut être considérée comme une composante majeure des interactions entre population et

société : la mobilité des membres de ces groupes et générations contribuant par leurs expériences acquises de migrants et par leurs comportements parfois novateurs à construire de nouveaux espaces sociaux.
La migration résulte donc ces interactions, mais elle est aussi porteuse d’évolutions historiques et sociales au travers des pratiques migratoires et des expériences de l’histoire de vie des migrants.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *