Circulations migratoires et frontières

Par Cyril Roussel, Chercheur MAE, Institut Français du Proche-Orient (IFPO, UMIFRE 6 – USR 3135) – Amman, JORDANIE

Je suis d’avis que cet espace particulier qui est la zone frontalière est à l’origine de dynamiques socio-spatiales propres (je dis « espace particulier » car issu à un moment donné d’un choix politique qui va faciliter ou empêcher les passages/les échanges). Lors de notre réunion précédente, nous avions évoqué les diverses manières de circuler à travers une frontière inter-étatique, diverses configurations spatiales possibles rencontrées (cf. la typo. des interactions frontalières). Ainsi, chaque frontière est caractérisée par des passages/des franchissements qui lui sont propres (en fonction d’un contexte particulier à chaque fois : politique ; culturel ; éco.). Cette multitude de situations rencontrées aux frontières étatiques et la multiplicité des mouvements transfrontaliers, nous amène à parler de circulations (plus encore que de migrations). Notre propos pourrait être de tenter de mettre en rapport l’organisation sociale, économique et spatiale des zones frontalières avec les pratiques des personnes qui les franchissent.

Dans notre recherche, nous pourrions travailler sur les stratégies d’acteurs qui franchissent une frontière étatique, leurs incidences sur la structuration d’espaces socialement ou économiquement construits. Dans tous les cas, nous chercherons à montrer comment les frontières peuvent-être valorisées en termes de complémentarités et de ressources.

  1. L’idée de la frontière comme moyen d’une stratégie économique ;  = lorsque la frontière devient ressource. Les acteurs de ces flux sont les passeurs, les navetteurs, les petits trafiquants, les commerçants grossistes, les hommes d’affaires, les migrants économiques…
  2. L’idée de la frontière comme d’un ultime refuge ; les acteurs de ces flux sont les réfugiés des conflits, les réfugiés politiques. Généralement stratégies collectives pour la franchir dans un contexte violent/répressif ; mais le renforcement du contrôle des frontières est synonyme de vulnérabilité croissante pour cette catégorie de migrants. Ils sont poussés vers des espaces « marginaux » !
  3. La frontière comme espace de circulation « régulière » ou « ordinaire » ; mais selon des conditions qui restent à étudier et qui prennent tout leur sens en articulant les dispositifs frontaliers aux pratiques des personnes circulant (cf. frontière qui est le lieu de dynamiques régulières de passage).

Dans tous les cas, la frontière est à l’origine de stratégies !

Ainsi, les circulants (tantôt migrants, réfugiés, passeurs, binationaux…) mobilisent des savoir-faire / ressources diverses pour franchir la frontière.

Quelques points communs à développer :

  1. Frontières et modalités de passage

La frontière est un lieu où la circulation est ralentie, canalisée. Elle peut-être érigée et pensée comme une barrière infranchissable : partout elle est toujours poreuse à certains endroits. En général, les points de passage (de polarisation des migrants) sont connus et localisés : circulation légale par postes de douane ; circulation illégale par des chemins clandestins connus par les passeurs (ce sont eux qui canalisent la circulation illégale).

Ceci pourrait nous amener à réfléchir sur les aménagements frontaliers et les moyens de franchissement.

Connaître, identifier les routes : le commerce illégal de contrebande et la circulation clandestine transfrontalière dessinent des routes complexes qui se réadaptent en fonction du contexte sécuritaire, des contrôles et des aménagements aux frontières. Possibilité de les cartographier ; recueil de x témoignages.

2. Des acteurs typiques des espaces frontaliers :

La figure du passeur est caractéristique des espaces frontaliers. Il existe parce qu’il y a présence de la frontière. Il peut-être officiel (le transitaire, le commerçant) ou clandestin lorsque les passages sont illégaux (trafiquants…). Le passeur n’assure qu’un segment de l’itinéraire des marchandises ou des migrants. Mais c’est une étape indispensable : par cela, il facture sa prestation. C’est son savoir-passer qui est précieux (connaissance physique des routes transfrontalières ; connaissance des réseaux pour passer : aide, corruption…).

3. Effets du différentiel économique ; quels produits ?

Ainsi, l’économie qui s’organise aux frontières (formelle ou informelle) est un point central à analyser : différentiel économique des Etats = certains produits permettent de réaliser des plus-values importantes ; les travailleurs frontaliers vont là où les salaires sont les meilleurs et les potentialités d’emplois sont les meilleures.

L’Etat cherche à taxer les produits qui entrent pour faire rentrer de l’argent dans ses caisses et/ou pour protéger sa production nationale. Mais là où les Etats mettent trop de barrières, sont trop gourmands, le commerce passe à côté du poste de douane (l’illégal se développe).

Nb : il y a des cas où l’Etat est complice du commerce illégal : ses agents sont corrompus ; ses frontières sont poreuses car cela permet de contourner des sanctions, un embargo (Iran/Irak/Iran).

4. Notion de « borderland » = région frontalière ; porter le regard vers les acteurs et les régions frontalières.

L’analyse des stratégies d’acteurs implique la prise en compte de l’épaisseur de l’espace.

Circulations de biens, de marchandises et de personnes forgent des espaces qui s’étirent par-delà les frontières. Que la circulation soit légale ou non, les flux sont à l’origine de dynamiques spatiales qui mettent en jeu (en réseau) des lieux d’approvisionnement ou de départ, des lieux de transit (ville étape) et des lieux de ventes ou d’arrivée.

5. Migrations transfrontalières et effets sur l’espace :

Les circulations de migrants aux frontières ont des causes diverses : 1 = travail, relations culturelles/familiales ou tourisme ; 2 = fuites dans un contexte répressif et de migrations forcées/de repli. Ainsi ces migrations sont-elles habituelles/quotidiennes et régulières dans le premier cas ; exceptionnelles et plus sporadiques dans le second. Elles n’ont pas les mêmes répercussions sur l’espace :

– généralement les espaces frontaliers sont largement concernés par les flux inhabituels et plutôt temporaires en lien avec des épisodes violents sporadiques (c’est aux frontières que les camps sont aménagés ; se sont les villes frontalières qui au début accueillent les migrants/réfugiés et/ou servent de relais pour les métropoles quand la situation s’installe dans la durée).

– les métropoles : réceptacles des travailleurs migrants ; terminus migratoire des migrants qui fuient leur pays et ne désirent pas ou ne peuvent pas y retourner.

6. Routes commerciales légales ou illégales : organisation et contraintes du savoir-circuler et aménagements le long des routes.

Par contre la circulation de marchandises, qu’elle soit légale ou illégale, a un effet beaucoup plus diffus sur l’espace et plus localisé. Elle part des grandes places marchandes (métropoles en générale) et suit des routes, légales ou illégales, pour rejoindre une autre place marchande dans un autre pays. Il est important de noter à ce niveau que :

–       les espaces frontaliers sont ceux qui profitent le plus de cette circulation de marchandises légales ou illégales (besoin de locaux de stockage dans les deux cas ; besoin de moyens de transport : camions ou animaux). Les villages ou villes frontalières profitent de cette circulation.

–       on assiste à la mise en place de tout un ensemble d’intermédiaires qui dans les deux cas (légal/illégal) représente une véritable chaine humaine d’intérêts concordants (besoin d’intermédiaires dans les deux cas ; mobilisation d’un réseau de connaissances ; présence de marchands/grands commerçants à chaque extrémité de la chaine).

Nb : il faut noter qu’au Moyen-Orient, le commerce légal transfrontalier est sous la menace constante des aléas politiques, des tensions entre Etats et des conflits régionaux. Toutes les frontières se sont ouvertes ou fermées à un moment donné tantôt pénalisant, tantôt favorisant l’économie des villes marchandes, ou les obligeant à redéployer leurs réseaux commerciaux ailleurs (Alep se redéploye sur Irak avec fermeture de la frontière turque).

 

 

Sexe, Genre et Migration

Par Djaouida Sehili, Maître de Conférences Associée, Université Paris XIII, Centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris (CRESPPA-GTM, Genre, Travail et Mobilités, UMR 7217), Paris, FRANCE. Responsable Scientifique de la Chaire « Egalité, Inégalités et Discrinations », IETL-Université Lyon 2 – Lyon, FRANCE.

Pourquoi faut-il faire une distinction entre sexe et genre ?

On peut appréhender la notion de genre (gender) comme étant la traduction des sens sociaux de la masculinité et de la féminité. Le genre se trouve ainsi être au fondement de la construction sociale et culturelle des différences identitaires. Le concept de genre recouvre deux éléments importants : celui de la reconnaissance sociale de la dichotomie « sexuelle » et celui de la nécessité de le détacher de l’aspect strictement anatomico–biologique du sexe. L’observation de la constante reformulation du genre, du féminin et du masculin et des rapports de genre au sein de contextes sociaux et culturels nous le rappelle.

La distinction entre sexe et genre est importante d’abord parce que la notion de genre n’est donc pas strictement réductible à la notion de sexe. Une femme n’est pas systématiquement du genre féminin et un homme du genre masculin. En réalité, ce n’est pas le sexe des individus qui détermine leur genre. Si le sexe est d’abord principalement défini comme étant une particularité physique et biologique « matérielle », qui distingue l’homme de la femme, le genre, quant à lui, résulte fondamentalement d’une construction sociale.

Cependant, même si la norme sociale ne recouvre pas toute la réalité de notre société, il semble exister une répartition « immémoriale » des genres, pour reprendre à notre compte le précieux concept de G. Balandier (19971), selon laquelle le genre féminin est dévolu « socialement » inéluctablement aux femmes et le genre masculin à tous les êtres humains.

L’attribution d’un genre, au-delà même de la naissance, détermine les rôles sociaux qui devront être tenus par les femmes et les hommes – celui réservé aux femmes étant généralement dévalorisé par rapport à celui des hommes. Ne parle-t-on pas communément du sexe faible ?

Le concept de genre : entre valorisation et critiques.

L’adoption de la perspective du genre n’a pas suscité l’unanimité dans le contexte français. D’un côté, on a critiqué la transposition du terme anglais gender car la langue française ne tient pas compte de la polysémie qu’il recouvre dans le milieu anglais ; de l’autre, on a remarqué que la vulgarisation du concept a coïncidé avec son intégration dans des programmes et plans d’intervention adressées aux femmes, qui en ont caché le niveau critique par rapport à la domination masculine, mis en avant par les féministes (Planté 20031 ; Chaperon 20032).

Selon cette vision critique, le concept de genre évoque une sorte d’artefact neutre, qui fait référence à une déclination grammaticale neutre. Par ailleurs, au début, son utilisation a été vue comme réductrice par rapport à la formulation du concept de « rapports sociaux de sexe » de dérivation marxiste que l’on doit à Danièle Kergoat. Les rapports sociaux de sexe sous-entendent deux principes :

1)  le principe de segmentation : il y a toujours division sexuelle des taches. Division entre sphère productive (homme) et reproductive (femme). Division que l’on retrouve également en matière d’attribution de secteurs, métiers, etc…

2)  le principe de hiérarchisation : cette division sexuelle est elle-même hiérarchisée avec une domination masculine.

Au cours du temps, le débat s’est tempéré créant de plus en plus de convergences théoriques et de recherche qui, néanmoins, renvoient à la spécificité de la situation française dans le cadre international.

Relation entre sexe et genre dans le cadre du travail

L’économie et la famille, n’étant plus considérées comme deux sphères séparées mais comme associées dans un « mode de production domestique », le travail lui- même va être lui aussi fortement interpellé par l’introduction de la dimension sexuée dans les analyses sur la question (Hirata 20003). Ce concept de « mode de production domestique » a permis de reconnaître que, derrière le travail des femmes, il existe une forme d’exploitation spécifique, opérée par tout système de production.

Ici, la critique au travail domestique est radicale. La prise en compte de sa valeur économique met en crise le caractère affectif et gratuit associé au travail reproductif et montre son influence dans la construction des inégalités entre les sexes. Elle est accompagnée par la prise de conscience que les formes de domination liées aux appartenances de genre s’exercent matériellement dans la division sociosexuée du travail et des moyens de production ainsi que dans l’organisation sociale du travail de procréation, c’est-à-dire sur les conditions procréatrices des femmes (Mathieu 20001).

Vers une reconnaissance d’une spécificité des migrations féminines

En ce qui concerne les études sur les migrations, l’analyse en terme de genre permet de mettre en crise le paradigme identifiant la femme à l’être reproductif et l’homme à l’être productif comme étant à la base du système interprétatif des modèles migratoires. S’est ainsi ouvert le chemin d’une approche dynamique des migrations qui prend en compte la place occupée par les femmes.

De fait, l’analyse du rôle recouvert par la migrante provoque une rupture avec les analyses classiques concentrées sur les secteurs productifs, officiels et garantis. Conjointement, l’attention portée aux stratégies féminines permet d’examiner la partie jusqu’alors « cachée » des migrations. Cette perspective dérivée des “Women’s Studies” et des “Gender’s Studies” a affirmé la nécessité de surmonter ce regard « neutre » qui considère la mobilité féminine comme une exception par rapport à la mobilité masculine.

D’autant que selon plusieurs sources, il apparait que le phénomène migratoire, qui ne cesse par ailleurs de s’amplifier dans le contexte actuel de mondialisation, aurait également tendance à se féminiser. En réalité, les femmes ont toujours migré mais elles ont très peu été visibilisées tant la figure de «l’immigré-homme» ou « l’homme breadwinner » s’est longtemps imposée comme unique paradigme interprétatif. Appréhendé sous l’angle essentiel de leurs rapports au marché au travail, les hommes migrants ont été assimilés en France à un vivier de main d’œuvre relativement rentable notamment pour le secteur industriel. Les migrantes, quant-à elles, étaient essentiellement renvoyées à leurs fonctions d’épouses et/ou éventuellement de mère de famille alors même qu’un nombre non négligeable d’entre elles exerçait une activité de service.

Ce qui semble par contre plus intéressant de retenir dans cette « reconnaissance » de la féminisation, c’est que les migrantes partent de plus en plus souvent « seules » : les motivations et les modalités qui justifient et façonnent les mobilités se sont diversifiées.

Emploi des femmes immigrées : recomposition ou maintien des rapports sociaux de sexe?

On doit particulièrement aux travaux de Mirjana Morokvasik et Catarino Christine d’avoir montrés que la question de l’impact de la migration et plus spécifiquement de l’emploi des femmes immigrées sur les rapports sociaux de sexe est central aujourd’hui dans les études Genre et Migrations et se poursuit pour aboutir à des conclusions relativement contradictoires. Si dans certains travaux on constate un empowerment, plus de liberté et d’autonomie pour les femmes qui migrent, d’autres soulignent, au contraire, que les effets de la migration se manifestent par l’intensification de la domination et l’exacerbation des inégalités ou encore la stabilisation des normes genrées établies.

Certains travaux montrent ainsi que dans un contexte où les politiques migratoires peuvent a priori favoriser plus particulièrement l’emploi des femmes, «être femme » devient un atout dans des projets migratoires individuels ou familiaux. Dans ce sens, le fait d’accéder au marché du travail, en dépit des inégalités inhérentes, semble permettre aux femmes migrantes d’accéder, par là-même, à la reconnaissance d’un statut social autonome. Et même si elles ne parviennent pas à s’y intégrer, la migration leur offrirait la possibilité d’accéder à des institutions et des ressources dont elles n’auraient probablement pas bénéficiées dans leur pays d’origine.

De plus, il semble que le fait de « travailler » dans un pays étranger contribuerait au développement de deux phénomènes sociaux relativement significatifs dans les évolutions et transformations qu’ils peuvent produire. D’une part, et en ce qui concerne la figure des « nouvelles » migrantes, il apparait qu’elles peuvent plus directement contrôler leurs ressources.

D’autre part, ces dernières contribuent également à faire bénéficier aux femmes restées dans le pays d’origine, d’une certaine « revalorisation » de leur statut de pourvoyeuse économique lorsqu’elles sont actives. Même cantonnées à une « citoyenneté partielle », les migrantes sont parfois qualifiées d’ « entrepreneurs d’elles mêmes » parce qu’elles auraient accès à des libertés (notamment sexuelles) encore inconnues jusqu’alors. Plus réticentes au retour au pays, comme le confirment la grande majorité des recherches pourtant sur la migration de retour, les femmes paraissent donc mieux prédisposées à l’intégration car plus orientées, pour certaines, vers l’installation dans le pays de destination.

A l’inverse de ce constat plutôt positif en terme « d’autonomisation », d’autres nombreuses études insistent plus particulièrement sur le fait que les rapports sociaux de sexe connaissent peu, voir pas, de transformations significatives dans l’expérience migratoire. Etre économiquement indépendantes et même chefs de famille ne modifierait pas nécessairement les identités de mères et d’épouses qui ne connaitraient, dans la réalité sociale, qu’une forme d’adaptation à une « nouvelle » ou « autre » situation. Et malgré le fait qu’elles soient actives, et parfois seules actives, elles subiraient toujours autant les formes traditionnelles d’autorité et de domination masculine. Loin d’être déchargées des tâches et obligations qui leurs incombent généralement, elles endurent plutôt une surcharge du travail de reproduction amplifiée par des facteurs structurels nouveaux, liés notamment à la taille plus importante des villes, à l’inadéquation des transports ou encore à l’absence du support de la famille élargie.

Dans ce cadre, l’emploi des femmes ne se traduirait pas, à proprement parler, d’un changement social, mais il s’agirait plutôt de pratiques se réclamant de valeurs traditionnelles dans des circonstances nouvelles. Par ailleurs, la non-reconnaissance des qualifications professionnelles qui touche certes à la fois les hommes et les femmes migrants, semblerait toutefois se répercuter plus fortement sur les femmes. Effectivement, ce sont elles que l’on retrouve principalement dans les secteurs où elles peuvent difficilement les faire valoir, qu’il s’agisse de secteurs très réglementés (comme la santé et l’éducation) ou au contraire de secteurs peu réglementés comme ceux du service domestique ou du service à la personne avec la prise en charge notamment des petits enfants et/ou des personnes âgées, « emplois » pour et dans lesquels la plupart des migrantes travaille au noir. Assimilées comme faisant partie intégrante de la famille, la frontière entre le « travail d’amour » et le « travail tout court » est ici souvent largement exploitée au point que certaines situations vécues par les migrantes s’apparentent à une mise à disposition permanente sans contrepartie équitable en matière de rémunération.

Facilité à la fois par un contexte d’inadéquation institutionnelle ou de désinvestissement de l’Etat et par le fait que les femmes des pays de destination ont largement investi le marché du travail, le développement de ces emplois dits du « care » contribuent au transfert des tâches reproductives du Sud au Nord et de l’Est à l’Ouest. On assiste ainsi à une externalisation du travail reproductif vers les femmes migrantes considérées comme des substituts idéales portées vers leur exercice car elles sont perçues, selon leur nationalités d’origine et les pays de destination, comme étant pourvues de prédispositions naturelles et donc innées (ce qui permet par ailleurs de ne pas les considérer comme des qualifications acquises et donc objectivement rémunérables) : « charitables », « généreuses par nature », « peu revendicatives », « serviles », « pleine de compassion et d’amour », etc. Autant de stéréotypes qui cristallisent de nouvelles divisions de classe et de « race ». Sans compter que leur présence autorise la préservation des hiérarchies liées au genre, au domicile de leurs employeurs, tout en permettant aux « autres » femmes de faire face aux contraintes du double emploi et de travailler à l’extérieur. De cet arrangement spatialement et temporellement confiné, s’établissent un ordre genré et une répartition immémoriale de la gestion familiale du quotidien in fine paradoxalement renforcé par le passage de la figure de la migrante « pourvoyeuse économique » à « pourvoyeuse du care ».

Cette situation pour le moins problématique lorsque l’on envisage une autre dimension qui est celle des effets et conséquences de la séparation dans le temps et l’espace. En effet, là encore, il apparait que ce sont les migrantes qui sont communément rendues coupables du « coût social » de l’éloignement physique et de l’absence. Les migrations des femmes sont considérées comme plus contestables pour leurs familles que celles des hommes. En effet, c’est surtout lorsque l’on se réfère aux migrations féminines que se diffuse plus communément un discours dénonciateur et stigmatisant sur les dérives des « familles incomplètes ou brisées », des mauvais résultats scolaires des enfants livrés à eux-mêmes, etc. A charge pour les migrantes de surmonter la contradiction entre l’image valorisante de la « bonne mère » qui se sacrifie pour sa famille à celle de la « mauvaise mère » génératrice de la détérioration de cette même cellule familiale.

Les migrations produisent des conséquences sociales, politiques et économiques incontestablement genrées. Au prisme d’un regard portant sur les expériences vécues, l’attribution d’un genre, ici « être une femme », facilite ou limite les possibilités en termes de modalités de mobilités et d’installation dans les pays de destination. Sans que ne soient totalement redéfinis les processus de reproduction des rapports sociaux de sexe, on ne peut toutefois totalement nier que des éléments de changement s’émissent progressivement.

Appréhender la migration : génération, temps, espace

Par Pascal Sebille, Maitre de Conférences, Directeur adjoint du Département de Sociologie, Centre de Recherche Populations et Sociétés (CERPOS 2324), Université Paris Ouest (Nanterre, la Défense) – Paris, FRANCE. 

 

Si la migration peut être étudiée sous l’angle de plusieurs disciplines, la géographie, la sociologie, l’anthropologie ou la démographie, elle n’en demeure pas moins la manifestation de comportements collectifs ou individuels s’inscrivant dans deux dimensions : l’espace et le temps. Que la migration soit étudiée sous le prisme des flux de déplacements géographiques, de comportements collectifs inscrits dans des logiques de réseaux familiaux ou sociaux, ou qu’elle soit appréhendée comme la manifestation de comportements individuels, les mouvements migratoires s’inscrivent dans des contextes historiques, sociaux, économiques et politiques. C’est dans la définition de ces contextes au sein desquels les migrations vont se réaliser mais aussi dans la caractérisation des populations qui y sont à l’initiative que les dimensions spatiales et temporelles sont déterminantes.

Les dimensions spatiale et temporelle

En premier lieu, la dimension spatiale est au cœur de la définition des lieux de réalisation de la migration et de ces flux attenants : lieux de départ, lieux d’arrivée. Elle permet ainsi d’observer la nature et la diversité des formes de migration. Mais, cette dimension spatiale est aussi indispensable à la définition même de la population étudiée : quelle population appartenant à quel espace géographique délimité ? Espace national, régional ou local ?

En second lieu, la dimension temporelle permet d’appréhender la migration au sein des contextes sociaux, économiques et politiques mais aussi au sein de la population. Trois aspects du temps peuvent alors être considérés :

−  Le temps historique : il situe les événements, phénomènes et comportements collectifs et individuels dans les contextes sociaux, économiques et politiques. Il offre un cadre socio-historique à l’analyse de la migration. L’étude de la migration ne peut alors se dissocier des contextes historiques dans lesquels les mouvements migratoires s’inscrivent. La nature de ces mouvements et le sens qu’ils revêtent peuvent alors différer en fonction de ces contextes. La réalisation de ces migrations dans des temps historiques différents peut alors en révéler des formes sociales diversifiées.

−  Le temps individuel : il est marqué par l’âge des personnes qui vivent les

événements et comportements étudiés. Il représente l’unité de temps individuel au travers de laquelle, la migration est aussi vécue. Elle est appréhendée différemment en fonction de l’âge des individus, pouvant se réaliser à des âges spécifiques ou à des moments particuliers du cycle de vie. On voit alors que la nature de la migration et les facteurs qui l’encouragent répondent à des instants précis de l’histoire de vie des individus.

Le temps individuel donne alors sens à la migration au moment de sa réalisation, mais il la place aussi dans une logique temporelle propre à chaque individu : son histoire de vie. La migration devient alors l’une des composantes de l’histoire de vie et sa réalisation s’inscrit dans une expérience acquise au fil du temps. Les trajectoires résidentielles, professionnelles et/ou familiales, en interaction, constituent alors un cadre contextuel à la réalisation des migrations.

− Le temps des générations : il correspond à l’échelle de temps identifiée par les années de naissances des individus qui composent les groupes étudiés. Ainsi, on peut observer des modèles migratoires ou des flux de migrations correspondant à des groupes de générations spécifiques. L’aspect générationnel du temps identifié ici croise les deux premières dimensions développées auparavant ; celle du temps historique, période qui caractérise par des années de naissance les générations, celle du temps individuel qui renvoie directement aux histoires de vie et aux âges des membres de ces mêmes générations.

Quelle(s) génération(s) ?

La notion de génération peut s’avérer extrêmement pertinente pour l’analyse de la ou des migrations. Il convient cependant d’en préciser les termes. En sciences sociales, cette notion recouvre en effet de multiples définitions. Pour la démographie, la notion de génération définie l’ensemble des individus nés une même année civile. Les membres d’une génération se définissent alors par leur appartenance à une même année de naissance. En Ethnologie, la notion de génération se réfère à la relation de filiation. Que cette relation s’exprime au sein de la parentèle ou entre groupes différents, les membres d’une même génération appartiennent à un même degré de filiation dans les échanges avec une autre personne ou un autre groupe.

L’histoire et la sociologie ont sans aucun doute apporté depuis la fin du XIXe siècle un ensemble de réflexions essentielles à la définition de la notion de génération. Depuis Auguste Comte et l’approche positiviste, le concept de génération s’est construit autour d’une analyse historique de l’évolution des sociétés, la succession et le renouvellement des générations étant au cœur de l’appréhension des changements historiques. Si la dimension du temps historique est demeurée prégnante, l’appartenance à un même groupe partageant des expériences communes s’est imposée (Whilhem Dilthey). Mais c’est avec Karl Mannheim au début du XXe siècle que la sociologie s’est emparée de la notion de génération et qu’on entrevoit les interactions entre le temps, les contextes historiques, la société et les individus qui la composent. Pour Karl Mannheim, la génération est à la fois produit et acteur de la dynamique historique à laquelle les individus participent. Les contextes et événements historiques créent des liens communs et des expériences propres aux individus d’un même groupe. Si la notion de génération

s’est peu à peu attachée à celle de classe d’âges, c’est avant tout parce que espaces, contextes socio-historiques et appartenance à une même classe d’âge ont été trop étroitement liés. La notion de génération s’appuie finalement avant tout sur le partage d’expériences communes où les membres d’un groupe sont exposés aux mêmes données objectives et participent selon leur âge et leur histoire individuelle à des pratiques sociales et culturelles propres, contrastant avec d’autres groupes (Louis Chauvel, Claudine Attias- Donfut).

Générations, histoires de vie et migration

On voit au travers de l’évolution de la réflexion sur la notion de génération, qu’histoires collectives et personnelles, que temps historique et individuel, précisent le champ de l’analyse des phénomènes et comportements sociaux. L’étude de la migration s’inscrit pleinement dans une telle approche. Si elle prend corps dans l’espace géographique au travers de pratiques individuelles et collectives inscrites dans le temps, on peut en approcher son intensité et sa nature au travers des comportements de générations.

Les contextes de réalisation de la migration, les spécificités des lieux de départ et d’arrivée et les politiques migratoires parfois conjoncturelles sont autant de composantes du temps historique. L’histoire de vie, les cycles et âges par lesquels les individus passent sont, quant à eux, les signes du temps individuel au sein duquel la migration, sa nature et sa représentation, s’inscrit. Ainsi les contextes macro ou meso, les moments de l’histoire de vie des individus, l’âge auquel la migration survient ou ne survient pas, constituent un ensemble de facteurs définissant l’intensité et la nature des migrations. C’est dans cette inscription multiforme du temps qu’on peut tenter d’identifier des comportements migratoires propres à des générations. Certaines des générations se définiront aussi bien par une appartenance à une temporalité historique (celle d’années de naissance communes), que par la réalisation de comportements migratoires communs à des mêmes âges de la vie ou à des moments identiques de leur histoire de vie.

Générations, migration et configurations socio-spatiales

Si les générations s’inscrivent dans le temps, elles s’inscrivent aussi dans l’espace. L’expérience commune aux membres d’une même génération participe alors à la définition des comportements collectifs de ces générations mais aussi aux espaces sociaux, historiques et aux lieux de réalisation de ces comportements.

L’interaction entre d’une part ces générations, leurs expériences et leurs comportements inscrits dans les temps individuel et historique, et d’autre part, les espaces géographiques et les contextes qu’ils recouvrent, montre la complexité des relations entre les configurations socio-spatiales et les dynamiques sociodémographiques dont la migration fait partie. Si ces configurations socio-spatiales déterminent les conditions de réalisation des pratiques qui participent des expériences collectives des membres de générations différentes, les générations et membres de ces groupes participent en retour, par ces mêmes expériences, à construire ces espaces et contextes. Ainsi, la migration peut être considérée comme une composante majeure des interactions entre population et

société : la mobilité des membres de ces groupes et générations contribuant par leurs expériences acquises de migrants et par leurs comportements parfois novateurs à construire de nouveaux espaces sociaux.
La migration résulte donc ces interactions, mais elle est aussi porteuse d’évolutions historiques et sociales au travers des pratiques migratoires et des expériences de l’histoire de vie des migrants.

La fabrique des migrations

Ce carnet est dédié au programme de recherche intitulé La fabrique des migrations et des savoirs associés (FABRICAMIG.SA). Le projet de recherche ANR pluridisciplinaire en sciences sociales (sociologie, géographie, démographie, psychologie-sociale et anthropologie) « La Fabrique des Savoirs Migratoires » (2011-2013) porte sur l’étude des mécanismes de production des savoirs migratoires, tels qu’ils s’élaborent dans les mobilités et les activités des populations transmigrantes et transfrontalières dans deux régions du monde (Amérique du Nord et Centrale, Maghreb-Machrek). Le carnet permettra de publier en ligne les notes documentaires du projet, les notes bibliographiques partagées, les avancées et le planning des événements.