Circulations migratoires et frontières

Par Cyril Roussel, Chercheur MAE, Institut Français du Proche-Orient (IFPO, UMIFRE 6 – USR 3135) – Amman, JORDANIE

Je suis d’avis que cet espace particulier qui est la zone frontalière est à l’origine de dynamiques socio-spatiales propres (je dis « espace particulier » car issu à un moment donné d’un choix politique qui va faciliter ou empêcher les passages/les échanges). Lors de notre réunion précédente, nous avions évoqué les diverses manières de circuler à travers une frontière inter-étatique, diverses configurations spatiales possibles rencontrées (cf. la typo. des interactions frontalières). Ainsi, chaque frontière est caractérisée par des passages/des franchissements qui lui sont propres (en fonction d’un contexte particulier à chaque fois : politique ; culturel ; éco.). Cette multitude de situations rencontrées aux frontières étatiques et la multiplicité des mouvements transfrontaliers, nous amène à parler de circulations (plus encore que de migrations). Notre propos pourrait être de tenter de mettre en rapport l’organisation sociale, économique et spatiale des zones frontalières avec les pratiques des personnes qui les franchissent.

Dans notre recherche, nous pourrions travailler sur les stratégies d’acteurs qui franchissent une frontière étatique, leurs incidences sur la structuration d’espaces socialement ou économiquement construits. Dans tous les cas, nous chercherons à montrer comment les frontières peuvent-être valorisées en termes de complémentarités et de ressources.

  1. L’idée de la frontière comme moyen d’une stratégie économique ;  = lorsque la frontière devient ressource. Les acteurs de ces flux sont les passeurs, les navetteurs, les petits trafiquants, les commerçants grossistes, les hommes d’affaires, les migrants économiques…
  2. L’idée de la frontière comme d’un ultime refuge ; les acteurs de ces flux sont les réfugiés des conflits, les réfugiés politiques. Généralement stratégies collectives pour la franchir dans un contexte violent/répressif ; mais le renforcement du contrôle des frontières est synonyme de vulnérabilité croissante pour cette catégorie de migrants. Ils sont poussés vers des espaces « marginaux » !
  3. La frontière comme espace de circulation « régulière » ou « ordinaire » ; mais selon des conditions qui restent à étudier et qui prennent tout leur sens en articulant les dispositifs frontaliers aux pratiques des personnes circulant (cf. frontière qui est le lieu de dynamiques régulières de passage).

Dans tous les cas, la frontière est à l’origine de stratégies !

Ainsi, les circulants (tantôt migrants, réfugiés, passeurs, binationaux…) mobilisent des savoir-faire / ressources diverses pour franchir la frontière.

Quelques points communs à développer :

  1. Frontières et modalités de passage

La frontière est un lieu où la circulation est ralentie, canalisée. Elle peut-être érigée et pensée comme une barrière infranchissable : partout elle est toujours poreuse à certains endroits. En général, les points de passage (de polarisation des migrants) sont connus et localisés : circulation légale par postes de douane ; circulation illégale par des chemins clandestins connus par les passeurs (ce sont eux qui canalisent la circulation illégale).

Ceci pourrait nous amener à réfléchir sur les aménagements frontaliers et les moyens de franchissement.

Connaître, identifier les routes : le commerce illégal de contrebande et la circulation clandestine transfrontalière dessinent des routes complexes qui se réadaptent en fonction du contexte sécuritaire, des contrôles et des aménagements aux frontières. Possibilité de les cartographier ; recueil de x témoignages.

2. Des acteurs typiques des espaces frontaliers :

La figure du passeur est caractéristique des espaces frontaliers. Il existe parce qu’il y a présence de la frontière. Il peut-être officiel (le transitaire, le commerçant) ou clandestin lorsque les passages sont illégaux (trafiquants…). Le passeur n’assure qu’un segment de l’itinéraire des marchandises ou des migrants. Mais c’est une étape indispensable : par cela, il facture sa prestation. C’est son savoir-passer qui est précieux (connaissance physique des routes transfrontalières ; connaissance des réseaux pour passer : aide, corruption…).

3. Effets du différentiel économique ; quels produits ?

Ainsi, l’économie qui s’organise aux frontières (formelle ou informelle) est un point central à analyser : différentiel économique des Etats = certains produits permettent de réaliser des plus-values importantes ; les travailleurs frontaliers vont là où les salaires sont les meilleurs et les potentialités d’emplois sont les meilleures.

L’Etat cherche à taxer les produits qui entrent pour faire rentrer de l’argent dans ses caisses et/ou pour protéger sa production nationale. Mais là où les Etats mettent trop de barrières, sont trop gourmands, le commerce passe à côté du poste de douane (l’illégal se développe).

Nb : il y a des cas où l’Etat est complice du commerce illégal : ses agents sont corrompus ; ses frontières sont poreuses car cela permet de contourner des sanctions, un embargo (Iran/Irak/Iran).

4. Notion de « borderland » = région frontalière ; porter le regard vers les acteurs et les régions frontalières.

L’analyse des stratégies d’acteurs implique la prise en compte de l’épaisseur de l’espace.

Circulations de biens, de marchandises et de personnes forgent des espaces qui s’étirent par-delà les frontières. Que la circulation soit légale ou non, les flux sont à l’origine de dynamiques spatiales qui mettent en jeu (en réseau) des lieux d’approvisionnement ou de départ, des lieux de transit (ville étape) et des lieux de ventes ou d’arrivée.

5. Migrations transfrontalières et effets sur l’espace :

Les circulations de migrants aux frontières ont des causes diverses : 1 = travail, relations culturelles/familiales ou tourisme ; 2 = fuites dans un contexte répressif et de migrations forcées/de repli. Ainsi ces migrations sont-elles habituelles/quotidiennes et régulières dans le premier cas ; exceptionnelles et plus sporadiques dans le second. Elles n’ont pas les mêmes répercussions sur l’espace :

– généralement les espaces frontaliers sont largement concernés par les flux inhabituels et plutôt temporaires en lien avec des épisodes violents sporadiques (c’est aux frontières que les camps sont aménagés ; se sont les villes frontalières qui au début accueillent les migrants/réfugiés et/ou servent de relais pour les métropoles quand la situation s’installe dans la durée).

– les métropoles : réceptacles des travailleurs migrants ; terminus migratoire des migrants qui fuient leur pays et ne désirent pas ou ne peuvent pas y retourner.

6. Routes commerciales légales ou illégales : organisation et contraintes du savoir-circuler et aménagements le long des routes.

Par contre la circulation de marchandises, qu’elle soit légale ou illégale, a un effet beaucoup plus diffus sur l’espace et plus localisé. Elle part des grandes places marchandes (métropoles en générale) et suit des routes, légales ou illégales, pour rejoindre une autre place marchande dans un autre pays. Il est important de noter à ce niveau que :

–       les espaces frontaliers sont ceux qui profitent le plus de cette circulation de marchandises légales ou illégales (besoin de locaux de stockage dans les deux cas ; besoin de moyens de transport : camions ou animaux). Les villages ou villes frontalières profitent de cette circulation.

–       on assiste à la mise en place de tout un ensemble d’intermédiaires qui dans les deux cas (légal/illégal) représente une véritable chaine humaine d’intérêts concordants (besoin d’intermédiaires dans les deux cas ; mobilisation d’un réseau de connaissances ; présence de marchands/grands commerçants à chaque extrémité de la chaine).

Nb : il faut noter qu’au Moyen-Orient, le commerce légal transfrontalier est sous la menace constante des aléas politiques, des tensions entre Etats et des conflits régionaux. Toutes les frontières se sont ouvertes ou fermées à un moment donné tantôt pénalisant, tantôt favorisant l’économie des villes marchandes, ou les obligeant à redéployer leurs réseaux commerciaux ailleurs (Alep se redéploye sur Irak avec fermeture de la frontière turque).

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *